Je raconte ma vie/ La vie avec Dieu

Quand je célèbre Pâques

Je suis de retour. Et quoi de mieux que le weekend de Pâques pour vous partager un peu de ce que j’ai vécu ces derniers mois. L’année 2017 a été éprouvante à plusieurs niveaux et j’ai fait de mon mieux pour continuer à bloguer. Puis, septembre est arrivé et j’ai laché, mon corps a dit : stop ! Tant pis pour le blog, tant pis pour le reste… J’avais besoin de repos, je l’ai pris. Puis 2018 est arrivé et j’ai retrouvé l’envie. Mais là, mon corps a dit : flemme ! Et la flemme, toi-même tu sais. Bref, cette année a été dure. Tu sais ces moments où tu as l’impression que le ciel te tombe sur la tête ? Bah le ciel était toujours en place, la terre a même continué de tourner, mais moi, j’étais à terre.

Mais, parce qu’il y a un mais. Mais Dieu. Certains diront le hasard, la vie, la résilience… J’ai pu le dire également. Mais aujourd’hui, je dis : Dieu. Dieu était là, fidèle, et c’est lui qui m’a relevée.

Il m’a relevée par ces ami(e)s qui m’ont accueillie chez eux, par ces autres ami(e)s qui ont posé leur aprem pour se rendre disponibles, ou bien ces autres ami(e)s encore qui priaient pour moi. Il m’a relevée par ce frère, cette soeur, qui savait pleurer avec moi, me faire rire malgré tout, m’écouter râler en mode “fille émotionnelle puissance 1000”. Il y a eu aussi ces inconnus qui ont pris le temps de m’enseigner la Bible, le temps de prier pour moi avec des mots qui venaient directement d’en haut. Bref, cette année, j’ai vécu la famille, j’ai vécu les amis qui deviennent la famille, j’ai vécu la famille de Dieu, attentionnée  au delà des affinités.

Cette année, j’ai vécu le changement de coeur avant le changement de situation. J’ai appris à aimer Dieu au-delà de ce qu’il a fait ou non. Et, je dois dire qu’Il a déjà fait beaucoup en envoyant Jésus mourir sur la croix à ma place, il y a plus de 2000 ans. Cette année, j’ai pris d’autant plus conscience que j’étais pécheur, séparée de Dieu. Que ce n’était pas moi qui allais vers Dieu, mais bien Dieu qui venait vers moi. Parce que si c’était moi, autant vous dire que je ne serais plus là en train de vous parler de Lui. Cette année, j’ai compris, dans une nouvelle mesure, que Pâques, le sacrifice de Jésus à la croix est vraiment pour une personne comme moi : coupable de péché. Mais comme Jésus a choisi de payer le prix de ma condamnation à ma place, maintenant j’ai accès à la présence de Dieu, à sa faveur. J’ai été graciée de ma peine de mort ; mort spirituelle avant tout.

Cette année, j’ai vécu la grâce de Dieu ; celle qui vient d’en haut, celle qu’on ne mérite pas, celle qu’on reçoit gratuitement, celle qui scandalise tellement c’est pas mérité.

En ce weekend de Pâques, je reviens dans le game, reconnaissante d’être pardonnée et réconciliée avec Dieu.

C’était long 7 mois loin de la blogosphère et vous vous en doutez, j’ai plein de trucs à vous partager. Alors restez connectés et :

Gardez latêtefroide.

AA

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply